Rougeurs du visage : comment les traiter

Le visage est l’une des premières choses que l’on voit chez une personne : il communique, transmet des émotions et donne un premier aperçu de ce que la personne peut potentiellement être. Il n’est alors pas toujours simple de l’assumer pour tel ou telle raison.

En parallèle à des soucis plus handicapants, les rougeurs ne sont pas graves, mais à des degrés importants, elles peuvent être une gène sociale et impacter sur votre confiance en soi. Cette confiance est un des vecteurs qui permet d’aller de l’avant, de transmettre de bonnes ondes positives aux autres. Si la solution proposée dans cet article permet d’aider quelques-uns à arranger leur situation dermatologique, le pari est gagné !

Il est important de rappeler que cet article n’est pas sponsorisé par la marque. Il part d’un souhait personnel et sincère de mettre en avant un produit qui a fonctionné chez moi.

Le constat

Au départ

Depuis 2011-2012, il y a donc maintenant plus de 5 ans, j’avais remarqué que ma peau avait changé. Lié à des changements alimentaires, d’activités ou d’environnement peut-être. Une part d’hérédité sans doute, puisque mon père souffre aussi de la même condition.

À partir de cette période-là, alors que mes problèmes de peau avaient été inexistant auparavant, j’ai pu constater au niveau des ailes du nez des rougeurs apparaître. Si au départ, elles n’étaient que bénignes (autour de 2011-2012) et facilement dissimulables avec une crème quelconque, elles ont commencé à prendre de l’importance en 2013 pour connaître leur apogée en 2016. Ma peau devenait de plus en plus sensible : l’eau calcaire de la douche n’était plus supportable pour mon visage, et des peaux mortes s’accumulaient à mon grand désarroi.

Un véritable enfer dermatologique. Plus j’essayais de traiter le problème naturellement, plus les rougeurs s’amplifiaient au point de devenir une véritable obsession. Si la raison était alimentaire, le problème aurait été facilement résolu. Compte tenu que mon régime est majoritairement végétarien et que la consommation d’alcool reste ponctuelle, ça ne pouvait pas être réglé uniquement par ce biais-là.

Pour rappel : il est reconnu que la consommation importante de charcuterie et d’alcool favorise l’apparition de rougeurs.

Le déclic

Lorsque je vivais au Japon, un dermatologue m’avait prescrit un tube d’une marque japonaise que je ne pourrais vous citer contenant de la cortisone. Vous savez, l’hormone glucocorticoïde naturelle de formule C21H28O5 (!). On la prescrit presque à chaque fois pour agir localement contre les inflammations cutanées. À titre personnel, je ne la recommande pas.
Il y a un côté addictif à en utiliser. Certes les résultats sont fulgurants, mais une fois arrêtée, le problème revient de plein fouet plus fort que jamais ! Il fallait donc trouver autre chose.

Pour récapituler :

  • Rougeurs sur les ailes du nez
  • Irritation locale sur d’autres parties du visage
  • Apparition de squames (peaux mortes) par dessus
Zoom sur les rougeurs

La crème

En cherchant sur internet, et en tapant les bons mots clés, j’avais enfin un mot pour décrire mon problème : la dermatite séborrhéique.

Selon le site ameli.fr, la dermatite séborrhéique est « une affection de la peau inflammatoire, caractérisée par la présence de plaques rouges recouvertes de squames. Elle évolue par poussées récidivantes, favorisée par certains facteurs (abus d’alcool, stress, fatigue, etc). » C’était exactement cela.

Il est toujours délicat de trouver via internet des solutions crédibles, mais tout concordait. Il fallait donc traiter un problème spécifique. Plusieurs solutions sont donc proposées. Celle que je vous présente aujourd’hui est la crème : KELUAL DS (de la marque Ducray).  Vous pouvez facilement la trouver dans toutes les pharmacies ou l’acheter en ligne pour un peu plus de 7€ le tube (jusqu’à 13€ selon là où vous l’achetez).

La crème est blanche, et sa texture est relativement fondante, assimilable à tout type de peau sans laisser de film gras. Ce n’est pas la peine de l’utiliser comme crème hydratante, elle agit sur un aspect bien précis : les peaux irritées avec rougeurs.

En moyenne, un tube de 40ml dure à peu près 6 mois, ce qui est amplement suffisant pour traiter l’inflammation.

À savoir : les rougeurs peuvent être le fruit de différentes causes. Dans mon cas, il s’agit d’une dermatite séborrhéique.

L’application

Lorsque vous débutez le traitement de la crème, nous sommes alors en mode « attaque ». Il est conseillé d’appliquer deux fois par jour pendant deux semaines la crème sur les zones touchées. Vous devriez ressentir des améliorations après quelques jours déjà : la disparition des peaux mortes et un teint unifié.

Une fois que la situation a pris une tournure positive, vous passez à la phase « entretien ». Dans ce cas-là, il suffit d’appliquer deux fois par semaine la crème sur les mêmes zones pour maintenir la situation.

BB Crème Bio / Couleur Caramel

En parallèle de cela, il est déconseillé de vous laver le visage à l’eau calcaire. Privilégiez les eaux micellaires pour peau sensible, nettoyez avec un coton l’ensemble du visage, laissez sécher et appliquez la crème localement. Pour amplifier les résultats, évitez au maximum le contact tactile avec ces zones. Comme elles sont irritées, des démangeaisons peuvent se faire ressentir, mais les bactéries déposées sur ces zones déjà bien enflammées ne vont pas arranger les choses : au contraire !
Autre conseil, surtout pour vous mesdames : évitez le maquillage sur ces zones. En camouflant, la peau ne va pas respirer et la guérison sera plus longue. Au pire, si les rougeurs sont vraiment handicapantes, utilisez une BB crème adaptée à la couleur de votre peau pour hydrater, camoufler sans l’asphyxier.

En conclusion

Si votre problème est similaire au mien, la disparition ne sera jamais totale. Il faudra garder cette crème près de vous et penser à l’appliquer à intervalle régulier pour s’assurer que le problème ne revienne pas. Homme ou femme, tout le monde tient à se sentir bien dans ses baskets !

En l’espace de deux semaines, j’ai pu voir une nette amélioration et la disparition totale des squames. En alliant cela avec une bonne hygiène de vie, les résultats devraient vous paraître satisfaisant, et vous pourrez facilement passer à autre chose !

Avant et après l’utilisation

2 Commentaires

  1. Un dermatologue m’a diagnostiqué une dermite sebohrheique il y a 5 ans. Cela s’est déclenché quand j’étais en pleine période d’examen. C’est une maladie chronique et il n’y a pas de remède définitif.

    Les produits bioderma DS+ fonctionnent très bien pour ma part. (Gel nettoyant et creme) En complément avec l’eau micellaire AR qui atténue les rougeurs. En cas de poussée, il est necessaire de compléter sa route soin avec une crème prescrite par le dermatologue qui éradique la contamination (lithioderm par exemple) Cette maladie est provoqué par un champignon secrété par le cuir chevelu. Il est donc aussi nécessaire de traiter les cheveux avec un shampoing adapté (kelual ds / mycoster)

    Je conseille vivement le contrôle chez un dermatologue pour ce type de problème de peau. Ils ont été de très de bon conseil pour ma part

    1. Merci pour ces informations complémentaires ! 😀

Laisser un commentaire